Les effets de la viande et des produits laitiers sur la fertilité masculine – Extrait de newsletter du Dr McDougall

man-1010897_1280

Les hommes ont traditionnellement été des chasseurs qui rapportent des animaux tués pour nourrir le village. La recherche scientifique confirme que la viande est considérée comme un aliment de supériorité masculine. L’acte de tuer, massacrer et manger des animaux sont associés à la puissance, l’agressivité, la virilité, la force et la passion—des attributs souhaités par la plupart des hommes—et manger de la viande a longtemps été associé à des comportements agressifs et des personnalités violentes. Les hommes disent qu’ils ont besoin de manger plus de viande, et ils le font, surtout plus de viande rouge, que les femmes.

 

Basé sur l’anatomie masculine, les hommes devraient être naturellement végétaliens (pas de produits d’origine animale). Les humains masculins ont des vésicules séminales : aucun autre animal carnivore a ces poches de collecte importantes dans le cadre de leur anatomie reproductive. Les vésicules séminales sont des poches jumelées reliées à la prostate, situées à la base de la vessie. Elles recueillent des liquides sécrétés par la prostate qui nourrissent et transportent les spermatozoïdes. L’éjaculation se produit lorsque les vésicules séminales et la prostate se jettent dans l’urètre du pénis. À bien des égards l’éjaculation est l’acte ultime de la performance masculine. Les vésicules séminales sont des organes essentiels pour le bon fonctionnement du sexe masculin et, par conséquent, elles devraient nous en dire beaucoup sur la vraie nature de l’homme.

 

Cette recherche montre que manger de la viande, de la volaille et des produits laitiers (graisses saturées) diminue la puissance sexuelle masculine (un nombre de spermatozoïdes inférieur). Mais, l’alimentation américaine diminue la performance sexuelle et la masculinité dans de nombreux autres domaines. Les mangeurs de viande sont susceptibles de devenir impuissants en raison des dommages causés au système artériel qui alimente leur pénis avec le sang qui provoque une érection. La dysfonction érectile est plus souvent observée chez les hommes ayant des niveaux élevés de cholestérol et des niveaux élevés de LDL « mauvais » cholestérol—deux conditions liées à l’alimentation habituelle de manger des aliments d’origine animale.

 

La plus grande menace pour la virilité d’un homme est par rapport aux niveaux élevés de produits chimiques environnementaux concentrés dans les viandes et les produits laitiers modernes de toutes sortes. Ces produits chimiques interfèrent avec les actions de la testostérone, diminuent le volume de l’éjaculat, diminue le nombre des spermatozoïdes, abrègent la vie des spermatozoïdes, provoquent une faible mobilité des spermatozoïdes et des dommages génétiques, et augmentent l’infertilité. Lorsqu’ils sont consommés par une femme enceinte, ils influencent le développement du fœtus de sexe masculin, ce qui augmente le risque que le bébé sera né avec un petit pénis et des petits testicules, ainsi qu’une déformation du pénis (hypospadias) et un testicule non descendu (cryptorchidie) . On estime que 89% à 99% de l’apport chimique dans notre corps vient de notre alimentation, et la plupart vient d’aliments élevés sur la chaîne alimentaire : la viande, la volaille, le poisson et les produits laitiers.

two-intertwined-hearts-1280002_1280.png

 

Une bonne santé est attrayante en raison de la sélection naturelle. Vos instincts de base vous font vouloir partager vos données génétiques (spermatozoïdes et ovules) avec des personnes en bonne santé, pas malades, afin de produire une progéniture de la plus haute qualité. Au niveau microscopique (diminution du nombre de spermatozoïdes) et au niveau macroscopique (dysfonction érectile) le corps réagit comme prévu aux problèmes d’une mauvaise alimentation. Malheureusement, ces effets semblent insuffisants à faire sortir de la sélection naturelle les gens qui ne parviennent pas à suivre un régime alimentaire à base de féculents—et comme résultat de mauvaises habitudes alimentaires sont transmises aux générations suivantes.

1) Jensen TK, Heitmann BL, Jensen MB, Halldorsson TI, Andersson AM, Skakkebæk NE, Joensen UN, Lauritsen MP, Christiansen P, Dalgård C, Lassen TH, Jørgensen N. High dietary intake of saturated fat is associated with reduced semen quality among 701 young Danish men from the general population. Am J Clin Nutr doi: 10.3945/ajcn.112.042432

2) http://www.nealhendrickson.com/mcdougall/030700pumeatinthehumandiet.htm

3) Coffey D. Similarities of prostate and breast cancer: Evolution, diet, and estrogens. Urology 57(4 Suppl 1):31-8, 2001.

Source : Newletter Décembre 2012 / Traduction : Nico Starchivore

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s