1907 – New York Times : La viande cause le cancer

egegegee.JPG

Lors d’un récent débat sur les risques de la consommation de viande au NPR (1), j’ai évoqué que la viande provoque le cancer. A en juger par les visages de l’auditoire, c’était une nouvelle idée. Alors que tout le monde comprend le lien entre le cancer et le tabac, le lien avec la viande ne leur est pas venu à l’idée.

J’ai cité deux énormes études – l’étude 2009 du NIH-AARP Cancer Growing Among Meat Eaters (2), avec un demi-million de participants et une étude Harvard en 2012 (3) avec 120 000 participants. Dans les deux études, les consommateurs de viande étaient à risque plus élevé de décès par cancer, et beaucoup d’autres études ont montré la même chose.

Comment la viande cause-t-elle le cancer?

Ce pourrait être les amines-carcinogènes hétérocycliques qui se forment pendant que la viande est cuite. Il pourrait également s’agir des hydrocarbures aromatiques polycycliques ou du fer héminique dans la viande, ou peut-être son manque de fibres et la rareté des antioxydants. Mais la situation est vraiment similaire à celle du tabac. Nous savons que le tabac cause le cancer du poumon, même si personne ne sait encore exactement quelle partie de la fumée du tabac est le principal coupable. Même si les consommateurs de viande ont clairement des taux de cancer plus élevés, nous ne savons pas clairement quelle partie de la viande est en cause.

cigarette-1533104_1280.jpg

La tragédie est la suivante: Le lien entre la viande et le cancer est connu depuis plus d’un siècle. Le 24 septembre 1907, le New York Times (4) publia un article intitulé «Le cancer augmentent chez les consommateurs de viande», qui décrivait une étude épidémiologique de sept ans montrant que les consommateurs de viande étaient à risque élevé de cancer comparativement à ceux qui choisissaient d’autres aliments basiques. En mettant l’accent en particulier sur les immigrants qui avaient abandonné les alimentations traditionnels, largement végétaliennes, en faveur de l’alimentation riche des États-Unis, le chercheur principal a déclaré: «Il n’y a aucun doute que la grande augmentation du cancer chez les étrangers, en se basant sur la prévalence de cette maladie dans leur pays d’origine, est due à la consommation accrue d’aliments d’origine animale … « .

Au cours du siècle dernier, la consommation de viande en Amérique a grimpé en flèche, tout comme les statistiques sur le cancer. Les chiffres de l’USDA montrent que la consommation de viande est passée de 56 kilos de viande par personne et par an en 1909 à 91 kilos en 2004.

La bonne nouvelle est que beaucoup se sont réveilles et on compris l’effet cancérigène de la viande. Ils savent qu’il y a beaucoup de protéines dans les haricots, les céréales et les légumes, et que les aliments traditionnels italiens, mexicains, chinois, thaïlandais et japonais – et d’innombrables autres cuisines – font de ces aliments végétaliens des repas délicieux et nourrissants.

La consommation de viande a chuté d’environ 1% chaque année depuis 2004

« Il n’est jamais trop tard pour arrêter cette mauvaise habitude »

 

Dr Neal Barnard MD

Sources : 1907 New York Times Article Shows that Meat Causes Cancer. A century later, many people still haven’t heard the news./ Traduction : Mel

Publicités

2 réflexions sur “1907 – New York Times : La viande cause le cancer

  1. J-F Gal dit :

    « LA VIANDE CAUSE LE CANCER » !!!!!!!!!! Ça c’est un titre qui va faire fureur… Donc, tous ceux qui mangent de la viande vont mourir d’un cancer ???
    Il est curieux comme les prosélytes tendent à tordre les faits pour prouver leur thèse.
    * En quoi un article de presse de 1907 prouve quoi que ce soit (en passant je ne pense pas que les immigrés de l’époque à soit disant à « alimentations traditionnelles, largement végétaliennes » sans fromage, œuf, lait…???? tout d’un coup changeaient d’habitudes, sauf s’ils avaient fait fortune…).
    * étude 2009 du NIH-AARP Cancer Growing Among Meat Eaters
    « Red and processed meat intakes were associated with modest increases in total mortality, cancer mortality and CVD mortality »
    Accroissement « modeste » de la mortalité totale (entre autre par cancer, problème cardiovasculaire….)
    * étude Harvard 2012
    « People in the study who ate the most red meat tended to die younger, and to die more often from cardiovascular disease and cancer. These people also tended to weigh more, exercise less, smoke tobacco more, and drink more alcohol than healthier people in the study.  »
    Ici aussi le risque de cancer n’est pas le seul. Les personnes qui mangent trop de viande rouge ont aussi de mauvaises habitudes de vie (manqué d’exercice, fument, boivent…).
    * « amines-carcinogènes hétérocycliques » ??? C’est du jargon pseudo-scientifique. En fait les amines (aromatiques, entre autres) hétérocycliques (viandes et poissons grillés ou frits) formées par chauffage exagéré forment des produits cancérigènes. Pour les « hydrocarbures aromatiques polycycliques » (formés dans les barbecues, etc.), c’est correct, et ils sont surement cancérigènes.
    Pour le fer héminique dans la viande, pourquoi ne pas se tourner vers les viandes blanches ? Quant à son manque de fibres et la rareté des antioxydants, on ne manque pas d’autres sources pour compenser.
    Voir par exemple cette étude (résumé d’un article dans Cahiers de nutrition et de diététique 2008)
    L’effet de la consommation de viande sur le risque de cancer est un sujet controversé. Les méta-analyses … montrent que la consommation de viande rouge est associée de façon significative avec une augmentation modérée du risque de cancer colorectal : l’excès de risque de cancer est de + 19-22 % pour la catégorie des gros mangeurs de viande rouge fraîche (boeuf, mouton, porc). Les charcuteries sont plus fortement associées au risque que la viande (+ 20-31 %), surtout quand on rapporte le risque au poids de produit carné consommé par jour. Volailles et poissons ne sont pas des facteurs de risque. … Les recommandations actuelles sont donc de modérer la consommation de viande rouge et de charcuteries. Par ailleurs, nos études expérimentales suggèrent que le fer héminique est l’agent majeur de l’effet promoteur des viandes rouges, et que l’effet de l’hème peut être bloqué par le calcium des aliments.
    * Et la durée de vie a augmenté de combien au cours du siècle dernier ?
    * Les aliments traditionnels italiens, mexicains, chinois, thaïlandais et japonais (et le régime crétois…) ne font certainement pas une part mineure aux viandes, poissons, œufs, laits, fromages …
    Nous sommes donc sur la bonne voie en réduisant notre consommation de viande, il faut se modérer. Manger (trop…) certaines viandes, cuites ou préparées de certaines façons (industrielles…), augmentent les risques de cancer. Moi, je ne prêche pas en faveur de tel ou tel choix de vie. Je pense qu’informer les gens est plus efficace que leur faire peur ou leur assener des contre vérités. Mon seul but est d’équilibrer les tribunes présentant des points de vue trop biaisés. Bon appétit !

    J'aime

  2. Starch Solution dit :

    Bonjour,

    Il faut comprendre une chose c’est que la consommation augmente le risque de cancer car il s’ajoute au autres risques potentiels.

    En ce qui concerne le cancer beaucoup d’études vont dans ce sens en voici quelques une :

    (Pour en lire d’autre lisez ma série d’article : Manger végé: Effets secondaires.)

    Les alimentations végétaliens sont liés à un taux de cancer global plus faible, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers and Prevention. Les alimentations de 69 120 participants de l’étude Adventist Health Study-2 ont été suivis pendant plus de 4 ans. Les régimes alimentaires ont été divisés en cinq catégories: non végétarien, semi-végétarien, lacto-végétarien (consomme des produits laitiers et des oeufs), pesco-végétariens (consomme des produits laitiers, des œufs et des poissons) et végétaliens.

    Les végétaliens avaient un risque de 16% diminué de tous les cancers, et les femmes végétaliennes avaient un risque de 34 % diminué pour d’autres cancers spécifiques, y compris les cancers du sein, de l’ovaire et de l’utérus, par rapport aux non-végétariens.
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23169929

    Les alimentations végétarienne et végétalienne protègent contre le cancer, comparé aux alimentations omnivores, selon une nouvelle étude publiée par l’American Association for Cancer Research. Les chercheurs ont analysé 69 120 participants dans le cadre de l’étude the Adventist Health Study-2 et ont constaté que, au-delà du risque réduit de cancer global,

    les alimentations végétalienne et végétarienne réduisent considérablement le risque de cancers gastro-intestinaux (estomac, côlon, pancréas, etc.) et les cancers typique féminins (Sein, utérus, ovarien, etc.).
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3565018/

    DEUX NOUVELLES ÉTUDES AJOUTENT DES PREUVES QUE LES PRODUITS ANIMAUX AUGMENTENT LE RISQUE DE CANCER, ALORS QUE LES ALIMENTS VÉGÉTAUX LE RÉDUISENT

    Une étude publiée dans l’International Journal of Cancer a évalué le rôle des nutriments diététiques et le risque de cancer de l’endomètre chez 1 204 nouveaux patients atteints de cancer de l’endomètre et 1,212 femmes sans cancer en Chine. Les résultats ont montré que ceux qui consommaient le plus de produits animaux avaient près de quatre fois le risque de cancer, comparativement à ceux dont l’alimentation était principalement composée de végétaux. Le risque de cancer a augmenté à mesure que les protéines et les graisses provenant des produits d’origine animale ont augmenté.

    Une deuxième étude, du Journal de l’Institut national du cancer, a examiné l’association entre le risque de cancer du sein post-ménopausique et l’apport alimentaire de lignanes végétales (un œstrogène végétal trouvé dans certaines variétés de fruits, de légumes et de produits céréaliers). Parmi ceux qui consommaient le plus de lignane végétale, l’incidence du cancer du sein était de 17% inférieure à celle des personnes qui consommaient le moins.
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2292813/
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2039904/

    Les viandes blanches sont pas de bonne alternatives du tout il faut replacer la viande par des légumineuse qui en plus d’apporter des protéines de bonnes qualité, elles apportent du fer, du zinc, des fibres, du calcium ect.. Quel meilleur choix par rapport a un morceau de viande nutritionnellement inutile voir mauvais pour notre santé

    Tenez cette articles sur les protéines pourra surement vous interesser : https://lastarchsolution.wordpress.com/2016/11/07/lexces-de-proteines/

    Pour finir je ne cesserai jamais de répéter que au vue des recherches scientifiques actuelles et passé, chacun décide ou mettre sa santé et son argent !

    La vérité est connu pas besoin de venir l’équilibré ! La vérité est souvent la ou on ne l’attend pas. Une alimentation sans viande et autres produits animaux à d’énorme bénéfices et pas seulement au niveau du cancer.

    Merci bonne appétit à vous aussi ( avec le moins de produits animaux je l’espère).

    Melissa

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s