Santé : 7 sérieux problèmes à propos des protéines animales

man-641691_1280

Aujourd’hui, bien sûr, nous savons que la plupart des protéines à la fois des plantes et des animaux ont des «protéines complètes» (c’est-à-dire qu’elles contiennent tous les acides aminés essentiels dont nous avons besoin) .(1) Cependant, les végétaux ont typiquement une proportion plus faible de ces acides aminés essentiels par rapport aux protéines animales.

Mais il est important de comprendre que la consommation de cette plus grande proportion d’acides aminés essentiels, issues des protéines animales, peut être aussi dommageable (et non avantageuse) pour notre santé.

Voici sept façons dont les protéines animales nuisent à votre santé.

1. Protéines animales et l’absence de fibre

Contrairement aux protéines végétales, qui sont abondantes en fibres, en antioxydants et en phytonutriments, les protéines animales ne contient exactement rien de ce qui précède. À ce stade, la viande, les œufs, la volaille, les produits laitiers, les poissons et autres aliments pour animaux ne contiennent absolument aucune fibre.

Beaucoup de gens, dans leur effort pour «obtenir suffisamment» de protéines, ont tendance à manger de grandes quantités d’aliments animaux, ce qui met en marge les aliments végétaux qui ont des nutriments importants.

La carence en fibres, en particulier, est beaucoup plus fréquentes qu’on le pense. Par exemple, l’Institut de médecine recommande que les hommes consomment 38 grammes de fibres, mais l’adulte moyen mange seulement environ 15 grammes par jour, moins de la moitié de la quantité recommandée. En fait, selon l’USDA, presque tous les Américains (~ 95%) n’obtiennent pas une quantité adéquate de fibres alimentaires.

Une consommation élevée de fibres est associée à une diminution du risque de cancer, en particulier au cancer du côlon et du sein, ainsi qu’à un risque plus faible de colite ulcéreuse, de maladie de Crohn, de constipation et de diverticulite. Il peut également réduire le risque d’accident vasculaire cérébral, de cholestérol élevé et de maladies cardiaques (4041).

wig-816022_1280

2. Protéines animales et IGF-1 (augmentation du risque de cancer)

Lorsque nous ingérons des protéines qui ont une proportion plus élevée d’acides aminés essentiels (ce qui est une caractéristique de la protéine animale), il en résulte dans notre corps une production plus élevée de l’hormone insulin-like growth factor-1 (IGF-1) .(28)

Cette hormone stimule la division cellulaire et la croissance dans les cellules saines et cancéreuses et, pour cette raison, avoir des niveaux circulants plus élevés d’IGF-1 a été constamment associé à un risque accru de cancer, la prolifération et la malignité.(28)

Attention à ne pas abuser des produits contenant des protéines de soja isolées qui augmentent aussi les niveaux sanguins d’IGF-1 (Vidéo VOST: Le danger des protéines de soja isolées et article : Le Soja et les protéines de soja isolées)

3. Protéines animales et TMAO

Le fait de consommer des protéines animales nous permet de maintenir des niveaux plus hauts de circulation sanguine de N-oxyde de triméthylamine (TMAO).

Le TMAO est une substance qui blesse la muqueuse de nos vaisseaux, crée une inflammation et facilite la formation de plaques de cholestérol dans nos vaisseaux sanguins. Et tout cela est naturellement très problématique pour la santé cardiovasculaire.(910)

Le TMAO est créé par des interactions complexes impliquant notre flore intestinale et les nutriments dans les aliments que nous mangeons. Et comme nous mangeons des aliments animaux, ils modifient notre flore intestinale d’une manière qui facilite la création de TMAO.(910)  Donc, la consommation d’aliments d’origine animale donne lieu à des niveaux élevés de TMAO et est dommageable pour nos vaisseaux.

Même sans tous les autres aspects problématiques des aliments animaux, cette question qui implique le TMAO est selon la présidente de l’American College of Cardiology Dr Kim A. Williams, suffisante en elle-même pour que  les personnes évitent vigoureusement les aliments animaux.

cabbage-1345082_1280

4. Protéines animales et phosphore

Les protéines animales contiennent des niveaux élevés de phosphore.Quand nous consommons des niveaux élevés de phosphore, pour équilibrer cet excès notre corps produit une hormone appelée fibroblaste facteur de croissance 23 (FGF23).(11)

Le FGF23 s’est révélé nuisible pour nos vaisseaux sanguins. Il peut aussi conduire à une hypertrophie du ventricule cardiaque (agrandissement anormal de notre muscle cardiaque) et est associée à des crises cardiaques, à une mort subite et à une insuffisance cardiaque(1213). De fait, manger des protéines animales avec sa forte concentration de phosphore peut entraîner des niveaux accrus de cette hormone dans nos corps, qui devient alors très problématique pour notre santé.

5. Protéines animales, fer héminique et radicaux libres

Le fer est le métal le plus abondant dans le corps humain. On peut le consommer sous deux formes: a) le fer héminique, que l’on retrouve largement dans les aliments animaux comme la viande, la volaille et le poisson; Et b) le fer non héminique trouvé largement dans les aliments végétaux.

L’un des problèmes du fer hémique est qu’il peut convertir les oxydants moins réactifs en radicaux libres hautement réactifs.(14) Et les radicaux libres peuvent endommager différentes structures cellulaires comme les protéines, les membranes et l’ADN.(1415)

Le fer héminique peut également catalyser la formation de composés N-nitroso dans nos corps, qui sont des cancérigènes puissants. Ainsi, il n’est pas surprenant que la forte consommation de fer héminique ait été associée à de nombreux types de cancers gastro-intestinaux ainsi qu’à d’autres pathologies.(15)

Il est vrai que le fer héminique a des taux d’absorption et une biodisponibilité plus élevés que le fer non héminique. Cependant, le fer lui-même peut causer un stress oxydatif et des dommages à l’ADN, donc en général avec le fer, ce n’est pas toujours une situation où «plus est mieux». (15)

Bien que nous ayons vraiment besoin de fer, l’absorption et la biodisponibilité du fer d’une alimentation végétalienne équilibrée sont généralement adéquates et nous pouvons éviter les problèmes associés au fer héminique et aux autres dégats des aliments d’origine animale.(1617)

barbed-wire-250822_1280

6. Haute concentration en acides aminés soufrés et problèmes osseux

Les protéines animales ont également, en général, des concentrations plus élevées d’acides aminés contenant du soufre, ce qui peut induire un état subtil d’acidose lorsqu’ils sont métabolisés.(18)

L’un des mécanismes que notre corps utilise pour compenser cette acidose est le lessivage (lixiviation) du calcium de nos os afin de neutraliser l’acidité. Avec le temps, cela peut avoir un effet néfaste sur la santé osseuse.(1924)

On pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles certaines études ont révélé que les populations ayant une consommation laitière plus élevée, ainsi qu’une consommation plus élevée de protéines animales en général, ont également une incidence plus élevée de fractures osseuses (1830).

7. Protéines animales et cholestérol

La plupart des aliments d’origine animale contiennent des graisses saturées et du cholestérol (ce qui est aussi valable pour les viandes dites « maigres » comme le poulet, la dinde et le saumon, peu importe comment elles sont cuites ou préparées, même bouillies, cuites ou cuites à la vapeur).

En tant qu’êtres humains, nous n’avons pas besoin de consommer de cholestérol, puisque nos corps synthétisent tout le cholestérol dont nous avons besoin pour nos fonctions physiologiques.

Manger du cholestérol en dépit de ce fait est problématique pour notre santé, car il augmente notre risque de développer une maladie cardiaque, actuellement la cause de décès n ° 1 pour les hommes et les femmes aux États-Unis.(3137) L’athérosclérose, ou plaques de cholestérol qui s’accumulent dans la paroi de nos vaisseaux, est extrêmement  rare sur un régime végétalien dépourvu de produits animaux.

Et certaines études ont révélé que manger végétalien peut même inverser les maladies cardiaques.(3237)

agriculture-2229_1280

Les vrais aliments «de haute qualité»

Compte tenu de tous ces problèmes, l’aspect «de haute qualité» des protéines animales pourrait plutôt être qualifié de «hautement risqué».

Et il n’est pas nécessaire de se forcer à atteindre tant de protéines. Si vous mangez une variété raisonnable d’aliments végétaux (p. Ex., Légumes, fruits, légumineuses, céréales, racines, noix et graines) et que vous mangez suffisamment de calories (c’est-à-dire satisfaction total de l’appétit) alors vous obtiendrez assez de protéines (ou obtiendrez la bonne quantité des divers nutriments essentiels).

Les acides aminés dont nous avons besoin sont structurellement identiques quelle que soit la source. Cependant, comme discuté ci-dessus, il existe des conséquences graves pour la santé selon que les acides aminés soient conditionnés dans des aliments d’origine animale ou végétale.

Le Dr Walter Willett, président du Département de nutrition de Harvard, l’a bien dit: « Pour les systèmes métaboliques impliqués dans la production et la réparation de protéines, il est indifférent si les acides aminés proviennent de protéines animales ou végétales. Cependant, la protéine n’est pas consommée isolément. Au lieu de cela, elle est consommée avec une foule d’autres nutriments.  » (42)

Il recommande donc de «choisir les meilleurs sources de protéines en mettant l’accent sur les sources végétales de protéines plutôt que sur les sources animales» (42.)

En fin de compte, les aliments végétaux sont les vrais aliments «de haute qualité» que nous devrions manger pour une santé optimale.

cinnamon-1822178_1280

Source : 7 Serious problems with animal proteins / Traduction : Mel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s